1. La Marche pour la Vie a pour objectif de promouvoir le respect de la Vie humaine, de la conception à la mort naturelle.

Les participants demandent aux autorités compétentes la mise en place de politiques d’aide aux personnes dont la vie est remise en question par les difficultés et les souffrances qu’elles connaissent ou pourraient connaître, et l’abolition ou l’amendement de toutes les lois et décisions de justice contraires au respect intégral de la vie humaine.

2. Les participants ont conscience de l’importance d’un engagement personnel et de toute la société civile pour garantir à chaque être humain le respect de son droit à la vie.

Ils veulent interpeller la société civile et la sensibiliser sur la gravité de toute violation directe ou indirecte de ce droit.

3. Les participants sont fermement opposés à toutes les pratiques portant atteinte à la vie humaine, telles que l’avortement, la gestation pour autrui et l’euthanasie,

sous la forme d’applications déguisées de la peine de mort à des personnes innocentes considérées comme potentiellement dangereuses, nuisibles ou inutiles à la société, par exemple comme moyen de lutte ou de prévention contre la criminalité, comme moyen de développement économique, ou dans la mise en œuvre de politiques démographiques.

4. Les participants réaffirment le droit pour toute femme d’être informée des possibilités qui lui sont offertes pour mener sa grossesse à terme ainsi que son droit à une information sérieuse et objective quant aux conséquences qu’un avortement peut avoir sur sa santé physique et psychologique.

Les participants adressent cet appel aux autorités publiques, aux médias, ainsi qu’aux personnes qui côtoient ces femmes en détresse.

5. Animés d’un grand respect pour chacun(e), les participants se désolidarisent de toute attitude blessante envers les femmes ayant subi un avortement.

Les participants ne les jugent pas mais, au contraire, souhaitent les aider à prendre un nouveau départ.

6. Les participants établissent une distinction entre l’avortement, qui a pour but délibéré de supprimer une vie humaine et une intervention médicale qui aurait pour objectif de sauver la vie de la mère avec pour conséquence, inévitable et non recherchée en elle-même, le décès de l’enfant.
7. Les participants s'opposent à l’euthanasie, comprise comme une action ou une omission qui, de soi ou dans l’intention, donne la mort afin de supprimer ainsi toute douleur.

Ils demandent le développement des soins palliatifs comme alternative à l’euthanasie. Ils s’opposent à l’acharnement thérapeutique.

8. Les participants s'opposent à la gestation pour autrui, contraire à la dignité de la femme et de l'enfant.

Ils s’opposent à toute forme de légalisation de la pratique de la gestation pour autrui, financière ou non, qui constitue, par essence, une marchandisation du corps de la femme, et l’abandon programmé d’un enfant par celle qui l’a notamment porté et nourri durant neuf mois.

9. La Marche pour la Vie est pluraliste: toute personne, quelles que soient ses opinions religieuses ou philosophiques, est invitée à défendre la Vie.

Ceux qui défendent la Vie marchent ensemble, quelles que soient leur nationalité, origine ethnique, sans discrimination aucune. La Marche pour la Vie est une initiative citoyenne, indépendante de tout parti politique.

10. La Marche pour la Vie est une manifestation pacifique.

Aucune forme de violence, y compris verbale, n’est tolérée.

11. La Marche pour la Vie est silencieuse.

Haut-parleurs et porte-voix ne sont pas admis. En marchant silencieusement, les participants s’unissent à ceux qui ont été privés à jamais du droit à la parole et du droit à la vie.

12. Les bannières et pancartes, de même que les drapeaux nationaux, régionaux et provinciaux ne sont autorisés qu'avec l'autorisation écrite des organisateurs. À défaut, aucun symbole dont la taille dépasse celle de la paume de la main (9 cm) n’est admis.

Toutes les tenues vestimentaires décentes et légales sont autorisées. Les tenues et symboles provocateurs, indécents, violents, blessants, ou marquant un soutien à un régime politique quelconque, sont proscrits.

13. L’intervention de tout orateur doit être approuvée par les organisateurs, tant dans son principe que dans son contenu.
14. Aucun entretien ou déclaration ne peut être considéré comme reflétant la vision ou les intentions des organisateurs, s’il n’a été explicitement approuvé par eux.

Les organisateurs ont désigné deux porte-parole officiels (un francophone et un néerlandophone).

15. En cas de contre-manifestation, les participants s’engagent à adopter une attitude digne et pacifique envers les contre-manifestants.

La Marche pour la Vie est du ressort de la liberté d’expression garantie à chaque citoyen par notre démocratie et tout acte violent entame cette liberté.

16. Les participants à la Marche pour la Vie s’engagent à observer les instructions conformes au droit des autorités et de la police locale.

Tous ceux qui manqueraient de respect envers la police rompraient notre charte et seraient, de facto, exclus de la Marche.